Accueil
copyright 2010 - D.Leblanc
Accueil
CHRONOLOGIE
HDA - textes et outils
HDA 2012
FRISES
LEXIQUE des arts plastiques
LEXIQUE du cinéma
LEXIQUE histoire de l'art
Ecrire un commentaire d'image
Choisir son option facultative
Trousse Art
Les enfants précoces
Générateurs en ligne
Je veux être un artiste !
Images et rhétorique

H I S T O I R E   D E   L’A R T

                               Mettez du son !     

                                     

     En chantier : les fiches devraient être complètes avant la fin de l'année 2014. Seules sont pour l'instant disponibles celles qui sont accessibles par CHRONOLOGIE/sous-menus.

dernière mise à jour 19 avril 2015

   Ce site est une extension autonome de celui des arts plastiques du collège Mangin  de Sarrebourg, où j'enseigne ; il ne traite que d'histoire des arts, d'orientation et d'éducation au sens large.
        Son utilisation par les élèves de l'établissement se fait essentiellement en liaison avec le site des arts plastiques, ou en autonomie. Il permet notamment de 
compléter des frises chronologiques .

        C'est ici également que les élèves de niveau troisième pourront trouver les documents en rapport avec les différents thèmes qu'ils ont choisi pour préparer l'épreuve orale de HDA
      Vous trouverez sur ce site des résumés et développements sur les petits et grands mouvements artistiques, des origines à nos jours. Il s'agit essentiellement d'une base de données, qui peut être consultée par ordre chronologique ou par ordre alphabétique (utilisez alors les sous-menus), ou encore en utilisant le moteur de recherche intégré (haut de page).

Une remarque encore : il va de soi que l'utilisation de cet outil numérique est un plus, non une obligation. On peut heureusement réussir scolairement sans connection internet et aucun de mes "sujets" n'implique la nécessité d'utiliser ce site. Il y a le temps du cours proprement dit, et une documentation "papier"  l'accompagne.

                                                                                                          Dominique Leblanc, professeur d'arts plastiques

 

L’épreuve d’histoire de l’art au BNC

 

 

       L’épreuve d’histoire des arts est un oral. Les textes officiels étant nombreux, les champs artistiques ouverts vastes, les modalités peuvent être différentes suivant les établissements, et les années.

Voir HDA les textes officiels 2012
Voir
HDA – textes et outils pour les détails

Voir archives des thématiques 2011  pour comprendre les thématiques nationales.

 

 

  Aussi, la méthode proposée ici restera générique : qu’il y ait ou non dossier écrit, qu’il soit possible de lire ses notes ou pas, qu’il y ait deux ou cinq objets d’étude, dégageons l’essentiel de ce qui est attendu du candidat.

 

Note : l’épreuve dure 15 minutes. Cinq minutes d’exposé, dix minutes d’entretien avec un jury de deux professeurs, dont au moins un d’arts plastiques ou d’histoire.

     Vous devez choisir une œuvre. Il peut s’agir d’un film ou d’une séquence de film, d’un livre, d’un opéra, d’un style, d’une peinture, la liste des possibles est quasiment infinie. De préférence cependant, choisissez le vingtième siècle (c’est votre programme), mais rien dans les textes ne vous interdit de présenter un exposé sur les fresques de Lascaux (un ou deux objets d’étude peuvent être antérieurs au 20ème siècle).

        Il peut être intéressant de relier vos objets d’étude entre eux : par exemple, le film « le pianiste » de Polanski, ET le livre éponyme de Wladyslaw Szpilman, ET la musique de Chopin qui ponctue le film ET l’œuvre entière de Polanski ET l’influence de la musique romantique sur l’idéologie nazie.

Cela permet une étude plus transversale, plus intéressante aussi car les objets d’étude s’enrichiront  mutuellement et vous éviteront de vous disperser.

    Attention toutefois : tout ne fait partie de l’histoire des arts, et vous risquez le hors sujet avec des exposés sur « le mythe Justin Bieber », ou plus simplement « Hitler », au hasard. Prenons ce dernier exemple : Hitler en soi ne peut pas être un objet d’étude si vous vous bornez à sa biographie. Maintenant, « Hitler aux Beaux-arts de Vienne », ou « Hitler et les arts en Allemagne », ou encore « Chaplin et Hitler » sont des objets d’étude pertinents.

A noter que vous pouvez oser une critique « iconoclaste » de l’objet d’étude : « je trouve que Guernica est une œuvre sans grand intérêt, et je vais essayer de le démontrer ». Si vous êtes pertinents et documentés, le jury appréciera votre audace.

 

1.PRESENTATION DE L’ŒUVRE


     Vous présentez l’œuvre dans ses caractéristiques connues de tous  : auteur, date de création, dimensions, technique, genre (illustration, affiche, fresque, bande dessinée, etc.).
Où a t’elle été réalisée ? Pourquoi ? Est-ce une commande ? Où peut-on la voir ou l’entendre ?

Court mais indispensable préambule, il s’agit de présenter votre sujet sans noyer le jury dans des détails sans grand intérêt qui n’apporteraient aucun éclairage sur l’œuvre (ex. « la mère de l’artiste s’appelait Germaine-Isabelle Dupont et jusqu'à quatre ans il vécût dans le village de Trifouillis»).

 

2.DONNEZ UN PLAN

 

 

    Votre exposé (il est conseillé de s’entraîner devant un miroir, des parents ou des camarades) aura un début (si possible accrocheur) , un développement, et une conclusion (si possible surprenante).

      Ca peut donner : « je vais vous présenter « les joueurs de cartes », un tableau d’Otto Dix. Après vous avoir décrit l’œuvre dans ce qu’elle représente objectivement et vous en avoir expliqué le sens, je la situerai par rapport au parcours artistique d’Otto Dix, avant de replacer cet artiste dans le contexte plus général de l’expressionnisme allemand."

 

 

3.ALLEZ DE L’ŒUVRE A SON CONTEXTE.

 

 

    On ne vous demande pas d’être un spécialiste incollable sur telle ou telle œuvre, mais d’avoir un début de culture générale artistique, c’est à dire plusieurs repères dans différents domaines (art, histoire, musique, littérature, etc.) que vous savez relier entre eux (notamment par la chronologie).
    Par exemple : « quelle formes d’art plastique avaient les faveurs des dirigeants nazis »  ? Qu’écoutaient-ils ? Que pensait-ils des œuvres expressionnistes ? Et en Europe, ou en URSS ? Y a t-il un rapport entre liberté artistique et liberté tout court ?

Voir ART ET TOTALITARISME

    Vous devez aussi pouvoir situer l’œuvre par rapport à la carrière de l’artiste : est-ce une œuvre de jeunesse ? A t-elle eu du succès ?

Bien sûr, il faut faire court et pertinent : vous avez peu de temps (des phrases courtes et précises).

 

 

 4.LA DESCRIPTION DE L’ŒUVRE

 

 

   C’est à dire le dénoté , les éléments objectifs. Ce que l’on voit, sans extrapolations ni suppositions à ce stade. Personnages, décor, objets, composition, choix chromatique, rôle des plans, nature du support, des outils utilisés. Il faut employer un vocabulaire précis, c’est à dire celui que nous utilisons en arts plastiques.


Voir LE COMMENTAIRE D’IMAGE pour plus de précisions

Voir LE COMMENTAIRE DE FILM pour plus de précisions
Voir 
LEXIQUE DES ARTS PLASTIQUE pour élargir votre vocabulaire

Voir LEXIQUE DU CINEMA   pour élargir votre vocabulaire

Voir LEXIQUE HISTOIRE DE L’ART   pour élargir votre vocabulaire

 

 

 

5.LE SENS DE L’ŒUVRE

 

 

       C’est à dire le connoté, les éléments subjectifs. Les éléments plastiques (composition, rythme, sonorités, couleurs, etc.) n’ont pas été choisis par hasard , mais visent à produire un effet sur le spectateur. Quel effet ? Quelles sont les intentions de l’artiste, quelle émotion cherche t-il à provoquer d’après vous ? Et vous, que ressentez-vous devant l’œuvre que vous avez choisie ?

 

6.LA MISE EN RELATION AVEC D’AUTRES ŒUVRES.

 

 

   Ce qui intéresse le jury, c’est votre implication dans l’exposé bien sûr, mais surtout la culture générale artistique que vous saurez faire valoir. Par exemple, vous pouvez comparer l’œuvre choisie avec d’autres du même artiste, ou sur le même thème, ou de la même période (ou même d’une autre période). Vous pouvez d’ailleurs montrer ces œuvres, que vous aurez photocopiées au préalable par exemple, ou que vous ferez écouter si votre objet d’étude est sonore.

     Vous pouvez aussi relier l’œuvre à d’autres domaines artistiques. Par exemple, si vous analysez une toile de Mondrian comme « boogie-woogie », signalez la passion de l’auteur pour le jazz. Reliez cette toile avec les travaux du Bauhaus en enchaînant sur le design…

 

Pour finir, quelques conseils.

 

   Un jury est soupçonneux par nature : ce que vous affirmez sera probablement vérifié. Si vous utilisez un terme un peu inhabituel, on vous demandera de l’expliciter. Si vous manipulez un concept de haute volée, vous pouvez être invité à en préciser le sens. Inutile d’apprendre par cœur une fiche Wikipédia si vous n’avez pas vraiment travaillé dessus. Soyez concis, tout en sachant faire partager vos émotions et enthousiasmes (d’où l’intérêt de bien choisir son oeuvre).


Voir UTILISER INTERNET

 

On peut vous demander votre avis, votre jugement personnel : il est bon d’être personnel, ou même critique, mais évitez de paraître prétentieux ou péremptoire (« avant Bob Marley et après, la musique n’existe pas ! » ou « l’art abstrait, c’est vraiment nul »).


   Et puis, travaillez. Votre travail sera regardé avec indulgence, mais si le jury a l’impression qu’il a été bâclé la veille sur un coin de table, ça ne passera pas : un seul objet d’étude, c’est entre deux et vingt heures de travail, suivant sa nature.

 

   Pour finir : il existe maintenant des annales HDA . Vous pouvez vous inspirer des propositions et exemples.

 

 

L'ACTUALITE ARTISTIQUE, entre autre !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

gif animé de Daim Fagerholm

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

                                                

 

                                                 

 

 

     Une sélection de réalisations des élèves du collège et du lycée Mangin. C'est en vrac, de la sixième à la seconde, et sur plusieurs années mais cela donne une idée des thèmes et techniques abordées.

 

 


      Et si le site des arts plastiques de Sarrebourg ne vous suffit pas, vous pouvez aussi chercher des idées sur celui de Mme Perez : http://perezartsplastiques.wordpress.com/

 

 

 

125 000 chefs-d'oeuvre en très haute définition et libres de droit : https://www.rijksmuseum.nl/ 

 

 

 

 

 

Lionel Sabatté - loup - 2006

 

 

       En art contemporain, tout peut servir. Lionel Sabatté réalise des sculptures de loup en poussière.
Voir son site :
http://lionelsabatte.com/

 

 

 

 


 

 

 

 

Click !

I speak english !

 

 

         Bon, il n'y a pas que les arts plastiques dans la vie, il y a aussi l'anglais. Vous lisez bien sûr couramment dans la langue de Mister Bean, mais vous n'êtes pas sûr de votre prononciation ?

Un logiciel en ligne peut vous aider : tapez la phrase, et la voix charmante d'Audrey vous la lira comme il faut.  Et si Audrey ne vous convient pas, il y a aussi Raoul.

J'oubliais : le logiciel est polyglotte : arabe, chinois, allemand, etc.

 


 

 

 

 

 

 


Peter Doig  "white canoe"  1990

 

 

     Assez régulièrement, j'essaye de démontrer que l'on a autant de chance de devenir millionnaire en peignant qu'en tapant dans un ballon. 
 C'est à dire presque aucune, mais c'est une autre histoire. 
Voici l'une des toiles les plus chères vendues ces dernières années par un artiste vivant, Peter Doig : 8,5 millions d'euros.
     Vous vous en doutiez en regardant son canoë fantomatique, l'artiste ne peint jamais en plein air, il compose en atelier à partir d'affiches du genre "la nuit des mort-vivants".
      

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Musée d'Orsay : cliquez sur l'image pour une visite virtuelle

 

 

          Dough n'est pas au musée d'Orsay, l'un des plus intéressants musées parisiens : forcément, celui-ci n'abrite pour l'essentiel que des collections du 19 ème et du début du 20 ème siècle. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Musée Georges Pompidou : click! pour voir le site

 

 

          Les collections du 20 ème siècle, on les trouve au Centre Georges Pompidou : le site du musée vient d'être entièrement refait, et vous y trouverez toute la documentation nécessaire pour bien préparer l'épreuve HDA.

  L'effort de numérisation a été considérable, et un moteur de recherche interne permet de trouver facilement l'information souhaitée.

 

 

 

 

 

 

                                                                                 

 

 

                                                                         Le fonctionnement de l'oeil

 

 

       Etre prof, c'est souvent répondre à des questions que personne ne vous pose.

Comme par exemple, celle-ci : puisque nous savons que notre oeil "voit" grâce aux photons qui viennent frapper la rétine, ce qui provoque des impulsions électriques, quelle est la tension du  voltage électrique qui parcourt le nerf optique ?
Alors, on sèche ?

Et bien, la réponse, c'est 10µV.

 

 

 

 

 

 

                                            Gabriel Dawe - installation en bois, clous, fils

 

 

 

 

     Au fait, c'est quoi un photon ? Une particule élémentaire, découverte par Einstein, qui ne pèse rien, voyage à 300 000 kms/seconde et que l'on peut assimiler à la lumière. Ça sert entre autre à fabriquer des lasers et à attraper des coups de soleil.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                               

 

        La lumière du soleil est blanche, donc le soleil aussi. Pourtant, on le voit rouge, jaune, orange...
Tout est expliqué dans la vidéo ci-dessus.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Toutefois, la lumière blanche du soleil ne l'est pas tant que cela. En effet, lorsqu'elle passe à travers un prisme, elle est bien obligée de révéler sa vraie nature : des ondes-électromagnétiques jaunes, rouges, et bleues qui viennent se refléter - si l'on peut dire - sur ce qui nous entoure.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Aberlado Morell - photographie 1991

 

 

   Pour obtenir ce genre d'image, Aberlado Morell transforme une pièce en camera obscura : elle est entièrement dans le noir, à l'exception d'un petit trou qui laisse passer la lumière. Plus qu'à photographier le résultat....
Voir son site :
http://www.abelardomorell.net/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Brian Dettmer - world series - vers 2009

 

 

 

         Il parait que les adolescents ne lisent pratiquement plus. Même les mangas leur tombent des bras. La faute aux écrans parait-il.
Ceux qui étaient lecteurs décrochent souvent à l'adolescence. Surtout les garçons, parce que concilier Call Of Duty et Marcel Proust, ce n'est pas facile, facile...
 

 

      Cela étant, on peut toujours utiliser un livre sans le lire, c'est ce que fait un artiste comme Brian Dettmer, en le sculptant avec un cutter.

Voir son site : http://briandettmer.com/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

         Et si on a beaucoup de livres à recycler, on peut faire des assemblages, comme Jacqueline Rush Lee.
Voir son site :
http://www.jacquelinerushlee.com/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                           Sayaka Kajita Ganz - night -  2008

 

 

 

            Il parait que les adolescents ne cuisinent pratiquement plus. Heureusement, on peut toujours utiliser des ustensiles de cuisine pour autre chose que pour cuisiner, comme le prouve Sayaka Kajita Ganz.

Voir son site : http://www.sayakaganz.com/

 

 

 

 

 

 

 

 

                              

                                          Niki de Saint Phalle - "les tirs"  1961

 

 

        Les artistes snipers sont rares, mais, en cherchant bien, j'ai trouve Niki de Saint Phalle, une artiste membre des Nouveaux Réalistes.

 

 

 

 

 

 

 

 


click ! pour une visite virtuelle de Lascaux

 

 

      Lascaux, ce n'est pas la porte à côté, lorsque l'on habite à Sarrebourg. Huit cents kms environ. Mais même si vous habitiez dans le village lui-même, cela ne vous servirait à rien, la plus belle grotte ornée de la préhistoire étant fermée au public depuis des années.

   Une maquette grandeur nature convaincante se visite sur place. Voici aussi une visite virtuelle de bonne tenue de la chapelle Sixtine de l'art Magdalénien.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   Sur le site Tale of Tales, on trouve des "jeux vidéos", euh...décalés. Voir plasticiens. Je recommande particulièrement "The Graveyard ", un cimetière en noir et blanc dans lequel vous guidez une petite vieille qui essaye de retrouver la tombe de son mari, en vous aidant d'indices (j'ai échoué). Le jeu est gratuit. Dans la version payante, la vieille dame peut mourir à tout moment. Ils n'ont pas du en vendre beaucoup.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                    Première photographie représentant un être humain (click: pour un gros plan)

 

 

 

       Cette photographie a été prise par Louis Daguerre en 1838 boulevard du Temple à Paris et c’est la première à montrer un être humain.
   Il fallait à cette époque presque 20 minutes d’exposition, les véhicules et les passants sont donc  invisibles comme sur toutes les autres photographies de l’époque (à l'exception des photographies de morts) alors que le
personnage en bas à gauche qui se fait cirer les chaussures est resté immobile assez longtemps pour apparaitre sur le daguerréotype.

 

 

 

 

 

 

                           Précédent        

 


      Si vous souhaitez prolonger votre lecture, ou si vous cherchez à retrouver une image, un lien ou un document aperçu précédemment sur le site, cliquez sur précédent.
Chaque page archivée dispose d'un lien en bas de page vers l'archive précédente.

 

 

Dominique Leblanc    artsplas@laposte.net    

Voir aussi : fonctionnement général du site  

                                             

      Vous êtes le visiteur   depuis le 5 octobre 2010

 

                                                      

Musées au logis
Evènements