GRECE ANTIQUE
copyright 2010 - D.Leblanc
Accueil
CHRONOLOGIE
HDA - textes et outils
HDA 2012
FRISES
LEXIQUE des arts plastiques
LEXIQUE du cinéma
LEXIQUE histoire de l'art
Ecrire un commentaire d'image
Choisir son option facultative
Trousse Art
Les enfants précoces
Générateurs en ligne
Je veux être un artiste !
Images et rhétorique

           LA GRECE ANTIQUE

 

 

Quand ?   1er millénaire avant JC (périodes mycéniennes, archaïques et classiques) 
Où ?         Grèce, Italie, Sicile, Asie mineure (Turquie occidentale)

 

 

           

 

 

Je retiens   L’art grec est un art qui fait partie de la vie quotidienne ; il privilégie la représentation harmonieuse du corps humain nu (masculin), sous forme notamment de sculptures de style réaliste.


Il ne reste à peu près aucun exemple de peinture grecque, bien qu’elle soit attestée par les textes (il s’agissait pour l'essentiel de peintures murales). Les sculptures elles-mêmes ne sont souvent connues qu’à travers les copies réalisées par les romains (on parle à partir du 1er siècle avant JC d’art « gréco-romain », tant les deux cultures finirent par se confondre.


       Sculpture et architecture allaient ensemble, on n’avait rarement l’un sans l’autre. Par exemple, les statues et les temples étaient généralement polychromes.

L’art grec est fondé sur les nombres, c'est-à-dire sur le respect permanent de certains rapports de proportion mathématiques, ces rapports étant traduits par les différents styles (dorique, ionique, corinthien).

Les nombreuses céramiques ornées (vases) parvenues jusqu’à notre époque sont aussi une manifestation importante de l’art grec. Mais c’était avant tout des objets usuels, et non des objets décoratifs.

L’art gréco-romain a influencé considérablement l’art européen, et cela jusqu’à la fin du 19ème siècle.      

 

 

                  Pour comprendre la musique de la Grèce antique : créé en 1990 par Annie Bélis, l’Ensemble KÉRYLOS se consacre exclusivement à l’interprétation des partitions vocales et instrumentales qui nous sont parvenues de l’Antiquité grecque et romaine.


 

 


    

L’art grec du premier millénaire avant JC se divise traditionnellement en trois périodes :


La période archaïque, à partir de -800 jusque vers -500 avant JC :  il s’agit d’un art figuratif, en général des statues assez simples, hiératiques, représentant des jeunes gens (les kouros masculins et les Korè, féminins). Ces sculptures ne représentaient pas quelqu’un en particulier, mais étaient placées en offrande dans les temples, dans les tombes.
Leur sourire est caractéristique de cette période.


 

 La période classique (5 ème et 4 ème siècles avant JC): les sculptures, en pierre ou en bronze, qui représentent souvent des dieux (les dieux ont forme humaine dans la mythologie grecque), sont plus réalistes, les poses sont moins figées, mais restent hiératiques (raides, solennelles).

La fonction est partiellement décorative : ces sculpture ornaient les grands bâtiments publiques des cités (par exemple, le Parthénon à Athènes).

 

 La période hellénistique (-350 jusqu'en -50 environ) : à la suite des immenses conquêtes d’Alexandre (qui signent la fin de la Grèce des cités proprement dite), la culture grecque s’étend sur la plus grande partie du monde connu ; des centres artistiques importants se développent jusqu’en Syrie (Antioche), Egypte (Alexandrie), Anatolie (Pergame).
Les thèmes sont plus variés, plus naturalistes, plus décoratifs encore : les particuliers embellissent leurs maisons, leurs jardins, avec des sculptures, des mosaïques et des peintures (dont c’est la grande époque), les villes commandent des œuvres pour orner les places publiques, les temples.

Cette période se termine traditionnellement par la conquête romaine.

 

 

 

                                            dorique        ionique       corinthien


L’architecture : contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’architecture n’est pas un art majeur aux yeux des grecs anciens. L’architecte, qui ne se différencie pas de l’entrepreneur, ne signe pas avant le 5ème siècle avant JC.
Il ne reste à peu près aucune construction de la période archaïque, car les premiers grecs construisaient en bois ou en brique.

L’architecture grecque est célèbre pour ses trois ordres : ordre dorique, ordre ionique et ordre corinthien (ce sont des rapports de proportion entre les différentes parties de l'oeuvre).

 

 

   La céramique grecque : la poterie était une activité très importante dans toutes les cités grecques, même les plus petites. Les « vases grecs » (expression générique) étaient généralement ornés, c'est-à-dire qu’un peintre travaillait avec le potier (qui seul signait, en général), et exportés dans toute l’Europe.
Du fait des techniques employées, les couleurs étaient limitées à quatre : jaune, rouge, blanc, noir.
Le style archaïque est d’abord abstrait, à base de motifs géométriques, puis évolue à partir du 8ème siècle avant JC vers des représentions figuratives de scènes mythologiques, mais aussi historiques ou simplement anecdotiques (scènes populaires, natures mortes).

 

 

 

 

oeuvres-clés

 

                                           Polygnote de Thasos - Thésée enlevant Hélène
                                                              céramique - vers 430 avant JC
                                                                  musée national d'Athènes

 

      Polygnote est un artiste grec  du 5 ème siècle avant JC. Il est né dans l'île de Thasos, mais a travaillé toute sa vie à Athènes, essentiellement comme peintre de vastes fresques murales (et non comme peintre de vases).

C'est le premier peintre dont l'histoire a retenu le nom : il est cité dans les ouvrages d'auteurs grecs célèbres (Pline et Pausanias notamment).


Il aurait introduit des éléments de perspective dans l'art grec, avec l'usage de plans différents par exemple.

Il ne reste aucune oeuvre de cet artiste. Mais on lui attribue un certain nombre de vases décorés, comme celui présenté ci-dessus.

 

 

 

 



portrait du Fayoum entre le 1er et le 4 ème siècle après JC
encaustique sur bois d'olivier
Légèrement plus petit que la taille réelle


    Les portraits du Fayoum, (Egypte, près du Caire)  sont les plus anciens portraits avérés jamais retrouvés. Datant du 1er au 4 ème siècle après JC, ces oeuvres anonymes ont été réalisées par des artistes grecs installés en Egypte. Ils ont été découverts en 1888.

     Il faut se rappeler que l'Egypte a d'abord été conquise par les grecs d'Alexandre, avant de passer sous la férule romaine. Il y  avait donc une importante colonie gréco-romaine dans l'Egypte des premiers siècles.
  Les cultures égyptiennes et grecques se sont mélangées sous les dynasties ptolémaïques, les grecs empruntant certains aspects de la religion égyptienne, et notamment les rituels de momification. Comme les égyptiens, ils ont représenté sur les sarcophages, ou sur des plaquettes insérées dans les bandelettes des momies les visages des défunts, mais ils l'ont fait d'une façon nettement moins hiératique, avec beaucoup d'humanité et de tendresse.

Ces portraits, au nombre de quelques centaines (de qualité très inégale), représentent des membres de la classe moyenne grecque et romaine, vêtus et coiffés à la mode de Rome ; ils annoncent l'art copte (une variété de christianisme), voir l'art byzantin.

Ce sont presque des "photos d'identités" et c'était en partie leur fonction : il fallait 70 jours pour embaumer un mort, plus encore avant qu'il ne soit déposé dans une nécropole, et l'on peut supposer que ces images, fixées sur les corps, permettaient à leurs familles de les reconnaître et d'entretenir un temps le souvenir des défunts auprès des visiteurs.

     Les poses sont toujours conventionnelles (face ou trois-quart), le style est celui de la peinture grecque depuis Apelle (4 ème siècle avant JC)

 

 

 

  

Vénus de Milo  - marbre - 2,04 m
vers - 100 avant JC  Musée du Louvre

   La plus célèbre statue du Louvre avait bien entendu des bras, à l'origine. Elle a été découverte, d'où son nom, sur l'île grecque de Milo en 1820.

Constituée de deux blocs de marbre, elle a subi une légère restauration au niveau du nez. On ignore qui l'a sculpté (peut-être un certain Andros), on ignore également qui elle représente, bien qu'il soit généralement admis qu'il s'agisse d'une représentation d'Aphrodite (le nom grec de Vénus).

Mais à vrai dire, ce pourrait être n'importe quelle autre déesse, Artémis par exemple...

   Elle portait des bijoux (bracelets et boucles d'oreilles) qui ont disparu, et il est possible qu'elle ait été peinte, comme c'était souvent le cas dans la sculpture grecque.

    Du point de vue stylistique, c'est une oeuvre de la période hellénistique (4 ème siècle avant JC), mais d'inspiration classique (pose hiératique, modelé délicat, coiffure).
Sont considérés comme hellénistiques la pose, l'allongement du torse et les seins de petite taille.

 

 

 


Ictinos et Phidias : le Parthénon
construit entre - 447 et - 432 avant JC
marbre, 31 m x 70 m

Athènes (Grèce)

 

 

 

 

 

Cliquez sur l'acropole pour visiter virtuellement le Parthénon (plugin Shockwave requis)

 

         Le Parthénon est un temple situé sur l'Acropole de la ville d'Athènes (Grèce). Il a été construit sur les fondations d'un édifice plus ancien, détruit par les Perses en 490 avant JC, peu de temps après sa construction.
Il se compose de deux pièces (dont l'une, appelé sécos, est le lieu saint), entourées de colonnades de style dorique et ionique.

     Le sécos abritait une statue en or et ivoire d'Athéna, sculptée par Phidias,  de 12 mètres de haut. L'autre salle abritait le trésor de la cité.

 

la gigantomachie de l'autel de Pergame

     Les frises extérieures, de Phidias,  représentent le combat des dieux contre les géants (gigantomachie), les combats des grecs contre les amazones, celui contre les centaures et enfin contre les troyens. Un certain nombre d'entre-elles a disparu, comme celles représentant la naissance d'Athéna et la dispute entre Poséidon et Athéna.

    La frise intérieure, également de Phidias, représente la procession des panathénées (fêtes qui avaient lieu tous les quatre ans, durant lesquelles on pratiquait la musique et l'athlétisme).

    Il faut noter que les colonnes ne sont volontairement pas parallèles, de façon à corriger les effets de la perspective; elles apparaissent ainsi parallèles sans l'être vraiment.

 

Retour à l'accueil   

       N'hésitez pas à me signaler les erreurs, fautes de frappe et liens morts en m'envoyant ce simple formulaire erreur !       

Musées au logis
Evènements