ZDOC - artiste aujourd'hui
copyright 2010 - D.Leblanc
Accueil
CHRONOLOGIE
HDA - textes et outils
HDA 2012
FRISES
LEXIQUE des arts plastiques
LEXIQUE du cinéma
LEXIQUE histoire de l'art
Ecrire un commentaire d'image
Choisir son option facultative
Trousse Art
Les enfants précoces
Générateurs en ligne
Je veux être un artiste !
Images et rhétorique

Vous souhaitez devenir artiste plasticien. C'est sûr, vous êtes fait pour cela. Noble ambition, plus qu'à en convaincre les autres, à commencer par vos parents.

Mais que savez-vous sur ce "métier" ? Quel est le statut de l'artiste en France ? Combien gagne t-il en moyenne ? Quelles sont ses conditions de vie ?

  Certes, il y a des stars, pas forcément éteintes. Banksy, Hirst, Koons, Buren ne sont pas à plaindre. Mais ce n'est que la pointe visible de l'iceberg fauché.

Il y a en France environ 150 000 artistes, dont 25 000 sont inscrits à la Maison des artistes, ce qui leur permet de bénéficier d'une protection sociale. 

    Parmi ces artistes inscrits à la Maison des artistes, qui ont donc un statut officiel,  on compte une majorité de citadins, souvent des étrangers, beaucoup de femmes. Plus de la moitié d'entre eux n'ont jamais eu d'exposition particulière, et ne font partie d'aucune collection connue, privée ou publique. Les deux tiers n'ont pas de galerie pour vendre leurs oeuvres.
La plupart sont contraints d'avoir d'autres activités pour vivre. Souvent, ce sont des fonctions d'animation, dans les musées par exemple, ou des heures d'enseignement.
Souvent, le conjoint fait vivre la famille.

10% des artistes inscrits à la Maison des artistes sont au RSA (ou autre dispositif de solidarité).

6% déclarent plus de 45000 euros par an.

50% vivent avec moins de 650 euros par mois (chiffres de 2001).

Les artistes disposant d'un atelier sont rares : la plupart travaillent chez eux, ou bénéficient d'un atelier prêté pendant quelques années par les municipalités soucieuses d'encourager les pratiques culturelles.

    Ceux qui disposent d'une galerie pour les soutenir doivent encore verser à celle-ci 50% de leurs recettes, en moyenne.
Les mois où ils ne vendent rien, la galerie ne leur verse rien (sauf rares exceptions).

    Soyons lucide : peu d'artistes gagnent bien leur vie, moins encore font fortune. La norme, pour l'artiste aujourd'hui, c'est une relative précarité, plus encore que pour les gens du spectacle qui bénéficie pour l'instant du statut bienveillant d'intermittent.

Alors ? Alors, il y a des choix à faire. On meurt rarement de faim en France, et si vous croyez assez en vous-même, mieux vaut une vie consacrée à créer - quitte à ne pas vivre dans le luxe - qu'une vie passée à exercer une fonction fastidieuse qui n'apporte rien sur le plan personnel, vous nourrira  certes correctement, mais sans vraiment vous laisser le temps de vivre.

Or, on n'a qu'une vie.

Heureusement, entre "je serais Van Gogh (Rimbaud, Mozart, etc.) ou rien", ce qui est beau mais risqué, il y a les métiers de l'art : l'enseignement, les métiers culturels (musées), les métiers d'art appliqué, plus sûrs.
Il y a en France des artistes reconnus, dans leur pratique, mais aussi en temps qu'enseignant. C'est le cas d'Orlan, par exemple, mais elle est loin d'être la seule.

"I am what I am and that's all what I am" (Je suis ce que je suis et c'est tout ce que je suis", Popeye)

Musées au logis
Evènements